Evasion de la Vallée de la Mort

50 eme jour- mercredi 14 juillet

Etape  : Death Valley – Lee Vining – Mono Lake

 

Levés très tôt ( 5h30 ) pour profiter d’une relative fraicheur.

blog50-1.jpg

Nous partons pour Zabriskie Point, personne pour polluer ce site minéral exceptionnel; l’érosion a crée des ravines régulières, la lumière matinale accentue le relief.

blog50-5.jpg

On ressent la cruauté de ce pays et en même temps une plénitude inexplicable nous envahis.

blog50-2.jpg

Les premiers arrivants cassent l’ambiance et nous partons à regret.

blog50-8.jpg

De retour à Furnace Creek pour un petit tour de l’oasis et visiter le musée : intéressant, j’ai une pensée pour ces travailleurs et mineurs capables de sortir leur journée dans ces conditions terribles.

blog50-7.jpg

A 9 h , il fait déjà 100° f , puis très vite 111°f , c’est affolant.

On va malgré tout chercher un peu de poussière sur la piste amusante de Twenty Mule Canyon lorsque le tableau de bord indique «  engine oil change soon  »

blog50-6.jpg

L’unique station service nous dit que nous avons dépassés le kilométrage pour la vidange mais pas de risque, un peu d’huile et c’est reparti .
Annie commence à écrire un roman et nous imagine desséchés au pied de San Dunes

blog50-4.jpg

Même les cactus se ratatinent pour échapper à cet enfer.

blog50-10.jpg

La route désertique nous offre des vues superbes jusqu’à Lon Pines.
Les bassins couleur de rouille de salines en exploitation regorgent d’échassiers peu farouches.

blog50-12.jpg

blog50-11.jpg

On passe de moins 90 mètres à 2400 mètres en rien de temps mais il fait toujours très chaud.
Lee Vining et son Camping Mono Vista RV Park nous accueille après cette longue route.
Un petit break et nous partons pour la rive sud de Mono Lake.
Les concrétions calcaires émergent de l’eau saline sous des formes torturées magnifiées par les rayons du soleil couchant.

blog50-13.jpg

Le spectacle est d’ une rare beauté; quelques promeneurs comme nous baguenaudent parmi les sauges, seuls végétaux capables de résister dans ce milieu hostile .

blog50-14.jpg

On ne peut s’empêcher de faire trempette, mais la sensation grasse du sel est désagréable. (2 fois plus salé que la Méditerranée)

Ces concrétions sont apparues lors du captage des sources alimentant Los Angeles.
C’est un signe visible de l’ exploitation irrationnelle de l’eau: Les pompages et captages à la suite d’un emploi immodéré de cette ressource provoquent l’assèchement progressif des rivières (ex  : le Colorado) et l’arrosage ou l’irrigation entrainent la salinisation d’immenses étendues qui deviennent stériles.
Le froid tombe très vite sous la tente, l’organisme, malmené par ces extrêmes en prend un coup; la neige nous attend quelques centaines de mètres au dessus.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s