Yosemite : et encore des ours

53 ème jour – samedi 17 juillet

Etape : Yosemite – Modesto

6 heures du matin, branle-bas de combat, il faut tout transbahuter dans la voiture située à 200 m.

Nos voisins de parking vont avoir une surprise , ils ont dû mal vider leur véhicule et la portière avant fait une “drôle de bouille”: Un ours a pris le montant de la portière par le haut et l’ a pliée comme on ouvre une boite de conserve ; Ils auront droit à une double peine (l’ amende et la réparation).

blog53-1.jpg

7 h30 , nous suivons le sentier facile qui mène au pied de Lower Yosemite Falls.

blog53-15.jpg

Seuls dans les embruns nous nous prenons pour Tarzan et Jane (avec un peu d’embonpoint), puis de retour dans la prairie bordant la Merced River, nous herborisons ou plutôt admirons les quantités d’insectes et de fleurs sauvages .

blog53-2.jpg

Annie sursaute car un Black Bear (elle doit les attirer) muni d’un collier émetteur déboule juste à coté de nous et, surpris lui aussi, saute dans la rivière .

blog53-3.jpg

Que d’émotions, ces rencontres successives nous donnent à penser que ces bestioles pullulent et j’ espère que celui-ci ne sera pas euthanasié.

blog53-4.jpg

C’est trop formidable de laisser des espaces de nature (presque) vierge et animaux ou humains,tant pis pour ceux qui ne suivent pas les règles.
Bridalveil Falls ne se laisse pas photographier de près, le nuage d’embruns nous trempe en quelques minutes.

blog53-5.jpg

10 h 30, au revoir Yosemite, nous quittons encore à regret ce magnifique parc dont le seul défaut est la surpopulation humaine à certains endroits et à certaines heures.

Avant de sortir du parc, nous nous décrassons de la poussière du camp dans  la Tuolumne River extrêmement fraiche et claire.
Un des secrets d’un voyage réussi, c’est d’être au bon endroit avant tout le monde (ou après)
Nous traversons la Sierra Nevada de plus en plus aride en allant vers l’ ouest

blog53-6.jpg

et, sans transition, nous découvrons la Californie telle qu’on se la représente : des immensités de plantations d’arbres fruitiers, arrosées par de larges canaux d’irrigations, de gigantesques exploitations entrecoupées de quelques villages tranquilles .

blog53-7.jpg

Nous nous mettons en chasse d’un camping pour passer la nuit, mais toujours la même réponse : complet, full !!! Au 3eme essai, le gardien compatissant nous indique une « aire de recréation » impossible à retrouver tellement nous avons tournés en rond.
Cette aire est en fait une grande prairie encastrée dans une boucle de la rivière Merced .
Des arbres séculaires apportent une ombre bienvenue sous laquelle nous plantons notre tente, pas de gardiens ni boite à enveloppe, des familles sont installées en tribus et des grappes de gamins jouent à la guerre.

blog53-8.jpg

Seul bémol, les restrooms bouchés débordent largement et il faut des bottes pour accéder à l’unique robinet d’eau potable.
Mais cet endroit perdu est merveilleux car nous devenons des pioniers et cette totale liberté nous enivre.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s